L’agriculture sous l’Empire

En France, cette activité s’est moins modernisée qu’en Angleterre, il est difficile de faire changer les habitudes des agriculteurs même s’il y a un immense retard. Pourtant, au début du XIXe siècle, les conditions de vie des paysans s’améliorent grâce à la vente de terres communales, ainsi de nombreuses personnes deviennent propriétaires.

Mais la situation des agriculteurs dépend de leur statut, il existe des contrastes entre les grands et les plus petits. De manière générale, l’agriculteur augmente réellement sa qualité de vie avec des vêtements plus propres, une nourriture plus diversifiée : viande, pain, blé, vin, cidre, bière.

Ils peuvent se permettre ses nouvelles habitudes grâce aux salaires plus élevés, en effet la main d’œuvre se fait plus rare avec les hommes partis en campagne. Malgré ce point positif, les ouvriers agricoles ont dû s’accommoder aux conséquences des réquisitions, les chevaux étant utilisés pour la guerre : on se tourne sur les bovins et ovins.

Source : L’Histoire de Napoléon par la peinture, Jean Tulard, Belfond, 1991

Publicités
En passant | Cet article, publié dans Le quotidien, Vie quotidienne, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour L’agriculture sous l’Empire

  1. Ping : Dernier week-end de festivités… à ne pas manquer ! | adieuxdefontainebleau

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s