Une femme à pouvoir et amatrice d’Art : Élisa Bonaparte

Élisa et sa fille Élisa Napoleone, Pietro Nocchi, 1808

Élisa et sa fille Élisa Napoleone, Pietro Nocchi, 1808

Élisa Bonaparte, aînée des filles de la fratrie Bonaparte, est née le 3 janvier 1777, son réel nom est Maria-Anna Bonaparte mais son frère Lucien lui donne le surnom d’Élisa qu’elle garde.

En 1795, Élisa fait la connaissance de Félix Bacciochi avec qui elle se marie le 1er août 1797 malgré que Napoléon ne soit pas totalement convaincu par ce mariage.

Élisa est passionnée d’art. Après le consulat, elle tient un salon d’art et de littérature chez son autre frère Lucien. En 1806, Napoléon lui offre la province de Massa et Carrare, Carrare étant une grande carrière de marbre blanc. Elisa va alors être à l’origine de la création de l’Académie des Beaux Arts et faire venir des sculpteurs talentueux ; elle souhaitera également installer une banque afin de venir en aide à ces derniers.

Élisa a aussi réalisé des interventions politiques au sein de ses territoires : c’est l’une des seules à s’être vraiment investie alors qu’elle était une femme. Ainsi, elle sera nommée comme « contrefaçon de l’empereur ». Elle intervient dans l’éducation en installant de nouveaux établissements, de nouveaux programmes et ceci autant pour les garçons et les filles que pour les nobles et les pauvres. Par exemple, « L’Institut Élisa » est réservé aux bonnes familles tandis que la Congregazione San Felice est dédiée aux jeunes filles les plus pauvres.

Élisa marque aussi de son empreinte l’urbanisme : elle lance des politiques de grands travaux avec des palais, routes, aqueduc.

Économiquement, en 1807 elle crée le Comité de Bienfaisance Publique afin de distribuer des fonds publics et rend les consultations médicales gratuites pour les plus pauvres.

En 1814, Élisa doit quitter la Toscane car les Napolitains reprennent Rome et rejoint Bologne. En 1815, lorsque Napoléon s’enfuit de l’Ile d’Elbe, elle est arrêtée du 25 mars au mois d’août où elle est retenue prisonnière de guerre à Brünn.

Puis, elle va vivre dans une maison de campagne à Villa Vicentina. En 1820, alors qu’elle lance une fouille archéologique dans sa région, elle tombe malade et meurt des suites de sa maladie le 7 août de la même année.

Sources :

Elisa Bonaparte, Joseph Franque, 1812

Elisa Bonaparte, Joseph Franque, 1812

Publicités
En passant | Cet article a été publié dans La famille. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s